Sapés comme jamais : des couleurs… et de la politique

Publié le janvier 26, 2021, 9:01
3 mins
  •  
  •  

Quand on évoque la sape, on pense directement aux deux Congo, Brazzaville et Kinshasa. Un style adopté par de nombreux artistes, à l’instar de Gims, Papa Wemba, Solange Knowles..

La sape est l’acronyme de « la société des ambianceurs et des personnes élégantes », un mouvement dont personne ne connaît vraiment l’origine. Les histoires sont différentes d’un sapeur à un autre, mais ce qui est sûr, c’est que c’est un héritage qui se transmet à travers les générations.

Pour certains, la sape est un art, pour d’autres, c’est une science, qui s’enseigne. Nous retrouvons des phrases comme : « L’homme blanc a inventé les habits mais c’est nous les Congolais qui en avons fait un art », comme l’expliquait Papa Wemba. Ou encore : « Les Occidentaux ont créé le vêtement, mais l’habillement a été inventé à Brazzaville », dixit Baudouin Mouanda.

Ce phénomène culturel aux enjeux socio-économiques et politiques est désigné par Justin Daniel Gandoulou dans son étude « Au cœur de la sape », comme étant l’une des conséquences du choc culturel entre le monde congolais et l’Occident. Il la décrit comme « dissocialité », c’est-à-dire une « perturbation du système social et du développement des conditions anomiques ».

Pour lutter contre cette anomie, les sapeurs puisent dans leur culture ethnique et utilisent l’habillement de luxe comme moyen pour se situer sur l’échelle des statuts et se revaloriser socialement.

La sapologie, qui a été longtemps combattue par les gouvernements, car ses adeptes étaient perçus par les autorités comme des agitateurs, des rebelles, est aujourd’hui réanimée par une nouvelle génération de sapeurs et sapeuses. Car oui, les femmes s’y mettent aussi. Un peu plus nombreuses à Kinshasa, ces femmes sapeuses sillonnent les rues en costumes masculins avec beaucoup d’élégance mais surtout beaucoup d’audace. Parmi elles, « Mama Afrika », de son vrai nom Maguy Ndumza, ou encore Clémentine Biniakoulou alias la « Reine de la sape ».

La sape, représente beaucoup plus qu’un simple mouvement pour ses adeptes, c’est leur manière de s’imposer. Les tissus de luxe, le style, les accessoires sont pour les congolais des moyens d’expression puissants pour retrouver la considération sociale.

© Photos Tariq Zaidi

Leave a Reply

  • (ne pas être publié)