Coupures d’électricité à Brazzaville, l’état se mobilise

Publié le novembre 25, 2020, 12:21
2 mins
  • 7.8K
  •  
    7.8K
    Partages

Il y a 20 ans, le Congo-b ne disposait que de 89 mégawatts, aujourd’hui, le pays a une capacité de 800 MW. Quelles capacités pour demain ?

Renforcement de la centrale électrique de Pointe-Noire

Mardi 18 février 2020, le président Denis Sassou-Nguesso a inauguré la troisième turbine de la centrale électrique du Congo (CEC), située à Pointe-Noire. Cette nouvelle installation a permis d’augmenter la capacité de production du site en passant de 314 à 484 mégawatts. Une quatrième turbine est en cours d’étude pour atteindre une capacité de production de 1000 mégawatts.

Optimisation de la performance des lignes hautes tensions

Plusieurs investissements sont en cours pour améliorer le fonctionnement des lignes hautes tensions sui relient Brazzaville à Pointe-Noire. D’autre projets visent également à renforcer la connectivité de Pointe-Noire aux barrages hydroélectriques du pays.

Chollet et Sounda : deux barrages pour faire face aux coupures d’électricité

Le projet de construction du barrage hydroélectrique de Chollet (Cameroun-Congo) augmentera la capacité de production électrique de 600 mégawatts.
< S’ajoute à cela, le projet d’un deuxième barrage hydroélectrique, celui de Sounda (département du Kouilou) dont l’étude de faisabilité a été élaborée par la Société Financière Internationale (groupe de la Banque Mondiale) aura une capacité de 500 MW. Deng Yong, le président de la firme chinoise Railways 20 a déclaré : « Il s’agit de notre troisième visite. Nous avons discuté avec le président de la République du projet de barrage de Sounda. Nous avancerons sur ce projet en collaboration avec le ministre de l’énergie. Monsieur le Président a donné l’ordre d’avancer le plus rapidement possible. La China Railways 20 est prête à commencer les travaux et à réaliser le rêve des Congolais de voir ce barrage terminé ».